Le mot du Président

Une chance à saisir ?

Cela ne vous aura pas échappé, en cette rentrée 2018-2019, les conditions de fonctionnement du centre Léo Lagrange ont subi de profondes modifications par rapport à la rentrée précédente.

Je vous dois quelques explications à ce propos. Je suis responsable de cette situation qui a abouti à limiter l’exploitation de ce superbe bâtiment dans lequel nous sommes installés à son rez-de-chaussée.

En effet, l’accessibilité des étages supérieurs n’étant pas possible aux personnes à mobilité réduite et la circulation entre les étages par un escalier de secours ne m’apparaissant pas garantir des conditions optimales de sécurité j’ai interpellé la municipalité sur cette situation.

Il n’a pas été possible de trouver une solution qui permette aux adhérents d’utiliser les étages pour les activités.

L’offre d’activités s’en est trouvée réduite et vous avez été moins nombreux à pouvoir vous inscrire. Cette situation n’est pas satisfaisante, les villeurbannais méritent une offre de loisirs et de culture diversifiée en centre-ville qui contribue au renforcement du lien social. Je vous invite donc à participer aux animations qui vous seront proposées tout au long de l’année et à vous exprimer sur ce site.

Cette année doit être l’occasion pour le centre Léo Lagrange de Villeurbanne d’un nouvel élan. Les bonnes volontés sont les bienvenues. Si vous souhaitez jouer un rôle actif dans l’association n’hésitez pas à vous rapprocher de l’animateur responsable. Je compte sur vous.

Jean-Claude Hugues, président du centre Léo Lagrange de Villeurbanne.

Laisser un commentaire

Bilan du festival (30em) LES GUITARES

Cordes sensibles, cordes fragiles….


Démarré tambour battant avec les cordes métalliques de Dyslexic Swing, Ladell Mc Lean, Clive Carroll et du phénomène Tommy Emmanuel, le festival qui a atteint l’âge de raison avec cette 30ème édition, s’est peu à peu posé pour développer à travers ses quelques 28 concerts, un spectacle fait de surprises, d’émotion ou de rencontres inattendues. Belle réussite publique avec près de 2000 spectateurs de tous âges à l’Espace Tonkin, les prestations ont ravi et parfois décontenancé le public composite des Guitares.


Au-delà des réussites annoncées par la venue de très grands noms des 6 cordes, le festival a étonné par des rencontres inhabituelles, telles celles entre Nino Josele et son fils -élégant pianiste de 19 ans- ou entre José Maria Gallardo et le quatuor Debussy, final en apothéose de ces 30èmes Guitares.

Souhaitons que les différents soutiens qui se sont manifestés depuis de nombreuses années perdurent : sans eux ce fragile édifice aurait du mal à survivre .