Bonne année et Têtes de bois !

Quoi de meilleur qu’un spectacle à partager en famille le mercredi et le samedi à 15h ?

A l’Espace Tonkin : les réservations se font par téléphone à partir du lundi 7 janvier de 14h à 18h du lundi au vendredi – 04 78 93 11 93 –

Mercredi 15 janvier, Première ! Magali Rousseau vous attend

Mercredi 15 janvier, Première ! Magali Rousseau vous attend avec ses robots, ses automates et ses animaux extraordinaires.

Une histoire poétique et imaginaire avec des personnages magiques !

Je brasse l’air c’est mercredi 16 à 15h et samedi 19 janvier à 10h30 et 15h.

Un spectacle pour les enfants de plus de 6 ans, les plus grands et leurs parents. Tarif unique : 7 euros. Après la représentation, les curieux peuvent questionner les artistes sur les secrets de ces machines extraordinaires.

Espace Tonkin, Villeurbanne, 04 78 93 11 38 (réponse tel du lundi au vendredi de 14h à 18h).

Mur de sapins

Les enfants ont bien participé au projet « Mur de sapins ».

Des dessins réalisés sur place en un temps record avant de se rendre à leur activité et quelques idées de composition qui ont réussi à surprendre l’ oeil aguerri de notre professeur de dessin. Oeuvres réalisées par des enfants de 2 à 25 ans (Elie et Victor à l’accueil n’ayant pu réprimer leur fougue créatrice.)


Le vrai sapin de Noël installé à côté semble tout content de ce voisinage.

Bilan du festival (30em) LES GUITARES

Cordes sensibles, cordes fragiles….


Démarré tambour battant avec les cordes métalliques de Dyslexic Swing, Ladell Mc Lean, Clive Carroll et du phénomène Tommy Emmanuel, le festival qui a atteint l’âge de raison avec cette 30ème édition, s’est peu à peu posé pour développer à travers ses quelques 28 concerts, un spectacle fait de surprises, d’émotion ou de rencontres inattendues. Belle réussite publique avec près de 2000 spectateurs de tous âges à l’Espace Tonkin, les prestations ont ravi et parfois décontenancé le public composite des Guitares.


Au-delà des réussites annoncées par la venue de très grands noms des 6 cordes, le festival a étonné par des rencontres inhabituelles, telles celles entre Nino Josele et son fils -élégant pianiste de 19 ans- ou entre José Maria Gallardo et le quatuor Debussy, final en apothéose de ces 30èmes Guitares.

Souhaitons que les différents soutiens qui se sont manifestés depuis de nombreuses années perdurent : sans eux ce fragile édifice aurait du mal à survivre .

 

Laisser un commentaire